Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 mars 2014 7 02 /03 /mars /2014 17:50
Sri Lanka

 

Vacances du 16 février au 1er mars 2014.

 

Kandy

 

Après 15h d'avion, 1h30 de bus entre l'aéroport de Colombo et la gare ferroviaire, l'attente du train (presque 2h) et un peu plus 2h de train, nous arrivons enfin à Kandy, exténués. Les paysages entre Colombo et Kandy sont, parait-il, très beaux mais nous n'en n'avons pas vu grand-chose.

Nous nous installons dans une guest house repérée dans le guide et partons faire le tour du quartier. Nous sommes idéalement situés, très proches du Temple de la dent d'or de Bouddha et du lac artificiel.

 

Kandy
Kandy
Kandy
Kandy
Kandy
Kandy
Kandy
Kandy

Kandy

 

Kandy est l'ancienne capitale du Sri Lanka et est inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco, en partie grâce au temple.

Le temple bouddhiste de la dent d'or abrite une relique de dent de Bouddha. Cette relique a longtemps joué un rôle politique important, car la posséder, c'était détenir le pouvoir sur le pays. Cependant, il a été restauré après l’attentat meurtrier perpétré le Ce temple est très prisé des pèlerins qui prient dans chaque salle où se trouve un objet ou une peinture ayant trait à Bouddha.

Nous passons quelques heures dans l'enceinte du palais. Nous trouvons un banc à l'ombre et profitons de la douceur du lieu pour regarder les pèlerins et autres visiteurs.

 

Kandy : Le temple de la dent d'or
Kandy : Le temple de la dent d'or
Kandy : Le temple de la dent d'or
Kandy : Le temple de la dent d'or
Kandy : Le temple de la dent d'or
Kandy : Le temple de la dent d'or
Kandy : Le temple de la dent d'or
Kandy : Le temple de la dent d'or
Kandy : Le temple de la dent d'or

Kandy : Le temple de la dent d'or

 

En fin d'après-midi, nous partons faire le tour du lac artificiel. Il s'agit du réservoir d’eau principal de la ville. Il a été créé en 1807 par le dernier roi cinghalais.

Son tour fait 3,3km et les arbres qui le bordent nous procurent une certaine fraîcheur. Nous pouvons admirer la faune qui vit tout autour de cette étendue d'eau. Elle est nombreuse et très diversifiée.

Les abords du lac sont étonnamment propres. Il faut dire que depuis notre arrivée à Kandy, nous sommes agréablement surpris par la propreté de la ville mais aussi par le respect des conducteurs de véhicules, quel qu'ils soient, qui s'arrêtent pour laisser passer les piétons sans essayer de forcer le passage.

 

Kandy : Le lac artificiel
Kandy : Le lac artificiel
Kandy : Le lac artificiel
Kandy : Le lac artificiel
Kandy : Le lac artificiel
Kandy : Le lac artificiel
Kandy : Le lac artificiel
Kandy : Le lac artificiel

Kandy : Le lac artificiel

 

En début de soirée, nous assistons à un spectacle traditionnel de danse.

Il s'agit de danses de diables masqués, de danses rituelles et semi-religieuses faisant toujours partie intégrante de la culture ceylanaise. Les costumes sont très colorés. La salle est comble. Le spectacle est divertissant sans être pour autant extraordinaire. Nous regardons avec compassion les danseuses et les danseurs s'agiter sous des costumes lourds et épais pour certains, alors que la température est encore très élevée.

 

Avant de rentrer à la pension nous profitons de la douceur de la soirée sous les arbres, au bord du lac.

 

Kandi : spectacle de danse
Kandi : spectacle de danse

Kandi : spectacle de danse

 

Polonnâruvâ (Polonnaruwa)

 

Polonnaruwa se trouve à 136km de Kandy. Nous prenons un bus pour nous y rendre. Heureusement, nous sommes parmi les premiers passagers, nous pourrons donc voyager assis *:) Heureux.

Nous posons nos sacs dans une pension très sympa, au milieu des rizières (Thisara Guesthouse) où les repas sont copieux et les hôtes aux petits soins. Nous pourrons aussi y louer des vélos pour toute la famille.

 

Dans l'après-midi, nous partons nous promener à pied vers le lac de Giritale malgré un ciel menaçant. Et ça ne loupe pas, il se met à pleuvoir au moment où nous repartons vers la pension. Nous croisons le tuk-tuk qui nous avait chargés à notre arrivée. Du coup, il nous monte dans son véhicule et fait même conduire nos garçons qui sont ravis.

Le repas du soir est un vrai délice : un poulet au curry fait maison, avec ce qu'il faut de piment pour allumer les papilles *:::^^::: chaud.

 

Polonnaruwa : notre pension, le lac et la faune alentour
Polonnaruwa : notre pension, le lac et la faune alentour
Polonnaruwa : notre pension, le lac et la faune alentour
Polonnaruwa : notre pension, le lac et la faune alentour
Polonnaruwa : notre pension, le lac et la faune alentour
Polonnaruwa : notre pension, le lac et la faune alentour
Polonnaruwa : notre pension, le lac et la faune alentour

Polonnaruwa : notre pension, le lac et la faune alentour

 

Le petit déjeuner est copieux et c'est bien rassasiés que nous montons sur nos vélos, direction le site historique de Polonnaruwa. 

À côté des monuments brahmaniques élevés par les Cholas, il reste les vestiges de la fabuleuse cité-jardin créée au XIIe siècle par Parakramabahu le Grand.

 

Les différents temples sont assez peu éloignés les uns des autres et le vélo est un excellent moyen pour se déplacer. Certains chemins sont assez ombragés et nous sommes un peu préservés de la chaleur.

 

Les temples succèdent aux temples, les vieilles pierres aux vieilles pierres, les dagobas au dagobas, jusqu'à ce que nous arrivions au Gal Vihariya, l'endroit le plus spectaculaire de notre visite mais aussi le plus célèbre de Polonnaruwa.

Gal Vihariya est le nom donné aux trois grands bouddhas sculptés dans une paroi rocheuse. Le premier se présente assis en méditation, le deuxième debout les bras repliés sur la poitrine, posture synonyme de son illumination, et enfin le troisième couché. Le grand Bouddha gisant, parvenu au nirvāna, passe pour être à la fois la plus parfaite et la plus mystérieuse des statues du passé du Sri Lanka. Elle a été mise au jour il y a cent ans dans le site archéologique. Long de 15 mètres, le Bouddha est sculpté à même le roc.

 

Leurs tailles et la finesse des sculptures en font des monuments impressionnants et captivants.

 

 

Polonnaruwa : sites historiques
Polonnaruwa : sites historiques
Polonnaruwa : sites historiques
Polonnaruwa : sites historiques
Polonnaruwa : sites historiques
Polonnaruwa : sites historiques
Polonnaruwa : sites historiques
Polonnaruwa : sites historiques
Polonnaruwa : sites historiques
Polonnaruwa : sites historiques
Polonnaruwa : sites historiques
Polonnaruwa : sites historiques
Polonnaruwa : sites historiques
Polonnaruwa : sites historiques
Polonnaruwa : sites historiques

Polonnaruwa : sites historiques

 

L'après-midi, nous attrapons un bus en direction du parc national de Minneriya, à une trentaine de minutes de route.

Nous louons une jeep avec chauffeur et partons à la rencontre d'animaux sauvages *;) Clin d’œil.

 

Les garçons, debout à l'arrière, sont aux anges. À peine sommes-nous entrés dans la forêt que nous voyons une femelle éléphant avec son petit. Le chauffeur stoppe la voiture assez loin afin de ne pas énerver la maman. Dès que nous reprenons la route, elle fait demi-tour et rugit suffisamment fort pour faire hérisser le poil des bras des enfants mais surtout nous faire comprendre qu'il vaut mieux que nous ne l'approchions pas. Même si nous n'en n'avions pas l'intention, nous en prenons bonne note  *:) Heureux.

 

Le parc regorge de quantité d'oiseaux (paons, échassiers, martin-pêcheurs, aigles, pélicans,...) mais aussi d'autres animaux comme des éléphants, des buffles, des crocodiles ou des singes.

Il est vrai que la grande attraction reste les troupeaux d'éléphants revenus à l'état sauvage... Ils sont majestueux.

 

Nous rentrons ravis de notre petit "safari". Les garçons en parlent encore le soir.

 

Parc national de Minneriya
Parc national de Minneriya
Parc national de Minneriya
Parc national de Minneriya
Parc national de Minneriya
Parc national de Minneriya
Parc national de Minneriya
Parc national de Minneriya
Parc national de Minneriya
Parc national de Minneriya
Parc national de Minneriya
Parc national de Minneriya

Parc national de Minneriya

 

Sigirîya

 

Sigirîya, appelé aussi Simhagîri, ou "rocher du lion", est un site archéologique majeur très touristique et est une ancienne capitale royale du Sri Lanka. Le site est classé au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO et se situe dans le centre du pays à 160 kilomètres de Colombo. Il a longtemps été abandonné et a été réhabilité au milieu du XXe siècle par les autorités cinghalaises.

 

L'ascension du rocher est longue et fastidieuse parce que nous devons tous monter à la queue-leu-leu. Vers le milieu de la montée on découvre des peintures rupestres presque toutes parfaitement conservées ou restaurées "les demoiselles de Sigirîya". Ce sont les seules images féminines de la Ceylan médiévale.

Nous arrivons enfin entre les pattes du lion qui constituent la "porte d'entrée" du rocher et la dernière étape avant d'en atteindre le sommet (370m du sol). Les dernières marches sont plus abruptes et irrégulières que les précédentes. Bon sang qu'il fait chaud là-haut !

 

La vue est très sympa, tout est vert aux alentours, il y a des forêts à perte de vue. Malgré la beauté du site, nous ne nous éternisons pas sur le plateau. Le soleil tape fort. Nous voyons malgré tout les vestiges d'un temple ou d'un palais avec un grand réservoir d'eau (27 x 21m - à moins que ce ne soit une grande piscine *:D La banane !).

 

La descente est beaucoup rapide. Il nous reste encore à traverser le parc pour atteindre l'entrée du site et attendre de bus qui nous déposera à Dambulla, où nous irons visiter le temple d'or (connu aussi sous le nom de Rock temple ou Golden temple).

 

 

Sigirîya
Sigirîya
Sigirîya
Sigirîya
Sigirîya
Sigirîya

Sigirîya

 

Dambulla

 

Le temple d'Or de Dambulla est un site bouddhiste, situé au nord de Kandy  à quelques 20km au sud-ouest de Sigirîya. La ville de Dambulla est construite autour d'un large rocher de granit qui renferme un important complexe de grottes, le Raja Maha Vihara, datant du Ier siècle. Il s'agit du plus important et du mieux préservé des complexes de grottes du Sri Lanka.

 

Le site est constitué de 80 grottes, 5 sanctuaires, 4 monastères principaux. Il comporte 157 statues, 153 images de Bouddha, 3 images royales et 4 images de divinités. Les peintures murales, recouvrant 2 100 mètres carrés, représentent entre autres la tentation de Bouddha par le démon Māra et son premier sermon.

 

Mais avant d'accéder aux grottes, il faut monter une tripotée de marches et il fait très très chaud *:::^^::: chaud.

Une fois le sommet atteint, nous déposons les chaussures et passons d'une grotte à l'autre. Celles-ci sont plongées dans une semi-obscurité afin de préserver les statues et peintures de la lumière. Malgré les nombreux écriteaux indiquant l'interdiction d'utiliser le flash des appareils photo, nombre de visiteurs mitraillent consciencieusement tout ce qu'il y a à photographier, avec le flash évidemment *X( En colère, alors que pas mal de statues sont éclairées artificiellement !

 

Les plafonds de certaines grottes sont peints et très bien conservés bien que certaines peintures datent du XVème siècle. On peut aussi voir un Bouddha allongé et sculpté à même la roche de granit.

 

 

Dambulla : Le temple d'or (Rock temple ou Golden temple)
Dambulla : Le temple d'or (Rock temple ou Golden temple)
Dambulla : Le temple d'or (Rock temple ou Golden temple)
Dambulla : Le temple d'or (Rock temple ou Golden temple)
Dambulla : Le temple d'or (Rock temple ou Golden temple)
Dambulla : Le temple d'or (Rock temple ou Golden temple)
Dambulla : Le temple d'or (Rock temple ou Golden temple)

Dambulla : Le temple d'or (Rock temple ou Golden temple)

 

Uppuveli

 

Nous quittons Polonnaruwa en train pour nous rendre à Trincomalee. Nous faisons une escale à Gaboya, où il nous faut attendre un second train. La locomotive tire les wagons à une allure tranquille. Les paysages sont reposants et nous ne sommes pas nombreux dans la voiture.

Arrivés à "Trinco", nous prenons un tuk-tuk pour parcourir les 6km qui nous séparent d'Uppuveli, où nous posons nos sacs. Nos garçons se précipitent dans la piscine, puisqu'il y a un petit bassin dans la pension. Ils passent leur temps à en sortir des crabes, prisonniers de la profondeur.

 

La plage est à quelques mètres de là, mais la mer est pas mal agitée. Nous cherchons un petit restau et tombons sur une pension adorable, abordable, avec des hôtes charmants (Hotel Beach Bangal). Du coup, nous changerons d'hôtel la nuit d'après.

 

Nous passons 5 jours à Uppuveli. Nous ne sommes pas dans la bonne saison pour la baignade. La plage est moyennement propre, l'eau est agitée donc trouble mais on sait bien quel pouvoir d'attraction a la mer quand il fait 35°C à l'ombre. Tout le monde fait trempette dans une eau tempérée.

 

 

 

Voyage entre Polonnaruwa et Tricomalee / Trincomalee
Voyage entre Polonnaruwa et Tricomalee / Trincomalee
Voyage entre Polonnaruwa et Tricomalee / Trincomalee
Voyage entre Polonnaruwa et Tricomalee / Trincomalee
Voyage entre Polonnaruwa et Tricomalee / Trincomalee
Voyage entre Polonnaruwa et Tricomalee / Trincomalee
Voyage entre Polonnaruwa et Tricomalee / Trincomalee
Voyage entre Polonnaruwa et Tricomalee / Trincomalee

Voyage entre Polonnaruwa et Tricomalee / Trincomalee

Uppuveli : les plages
Uppuveli : les plages
Uppuveli : les plages
Uppuveli : les plages
Uppuveli : les plages
Uppuveli : les plages
Uppuveli : les plages
Uppuveli : les plages
Uppuveli : les plages

Uppuveli : les plages

 

 

Le 4ème jour, nous nous levons aux aurores pour regarder les pêcheurs revenir de leur nuit de pêche au large. Mais déception : les pêcheurs sont bien là mais en "réunion" sur la plage. Cette nuit, des galettes de pétrole sont venues s'échouer sur le sable. Certaines sont même encore entre deux eaux prêtes à venir elles aussi souiller la plage. Est-ce la raison pour laquelle les pêcheurs n'ont pas pris la mer ? Mystère. Toujours est-il qu'à peine un pied posé sur le sable, Patrick a malencontreusement mis le sien dans une galette de fioul, collante et puante dont il mettra un certain temps à se défaire. 

 

Dans le courant de la matinée, nous prenons le bus pour nous rendre sur Pigeon Island à Nilaveli.

Nous y passons quelques heures. Il y fait chaud, il y a très peu d'ombre et le sol est composé de coraux morts, très blancs donc très réfléchissants. Le snorkeling, en cette saison n'est pas très intéressant, puisque la mer, très agitée, charrie pas mal de sable. Ce qui ne nous empêche pas de voir un petit requin pointe noire et une tortue. Nous rentrons de cette promenade couleur écrevisse, malgré une protection solaire indice 50 *:"> Piquage de fard.

 

 

Nilaveli : Pigeon Island
Nilaveli : Pigeon Island

Nilaveli : Pigeon Island

 

Nous quittons notre pension douillette au soir du 5ème jour. Nous prenons un train de nuit pour nous rendre à Colombo. Nos compagnons de cabine sont d'énormes cancrelats baladeurs, qui passent la nuit à nous grimper dessus. Pas très agréable *:-S Inquiétude.

Les cabines de 2 places, sont quant à elles spartiates, mais nous possédons un cabinet de toilette que nous partageons avec la cabine voisine (heureusement que l'autre cabine est occupée par les enfants *;) Clin d’œil).

 

La nuit se passe au rythme chaotique du train. Nous arrivons à Colombo au petit matin (4h40), un peu fatigués tout de même. Nous partons à la recherche du bus qui nous déposera à Negombo, à 40km plus au Nord.

 

 

 

 

Trincomalee - Colombo : notre train de nuit
Trincomalee - Colombo : notre train de nuit

Trincomalee - Colombo : notre train de nuit

 

Negombo

 

Il est beaucoup trop tôt pour visiter les pensions, alors nous allons petit-déjeuner dans une boulangerie située dans la gare routière.

 

Une fois les sacs posés, nous partons nous promener dans le quartier. C'est très touristique : une enseigne sur deux est une boutique de souvenirs, l'autre est un restaurant. Au moins, nous aurons le choix *:) Heureux.

 

Negombo est l'un des ports de pêche les plus importants de la côte occidentale. Nous partons donc en direction de son célèbre marché aux poissons. À l'intérieur, l'agitation bat son plein. Sur la plage, les bateaux qui rentrent de la pêche approvisionnent le marché. En plein soleil, des petites mains évident et écaillent les poissons. Un travail de forçat.

 

L'après-midi est réservé à la dernière baignade du séjour. Les garçons roulent dans de grosses vagues qui les culbutent. Ils en redemandent *:D La banane !. En fin de journée, direction les boutiques de souvenirs afin d'assouvir les envies des uns et des autres.

 

Il est déjà temps de rentrer en France.

Nous avons tous beaucoup aimé ces vacances au Sri Lanka. Il est tout à fait possible que nous y revenions un jour... *=D> applaudissement

 

 

Negombo : ses plages, ses rues et son marché aux poissons
Negombo : ses plages, ses rues et son marché aux poissons
Negombo : ses plages, ses rues et son marché aux poissons
Negombo : ses plages, ses rues et son marché aux poissons
Negombo : ses plages, ses rues et son marché aux poissons
Negombo : ses plages, ses rues et son marché aux poissons
Negombo : ses plages, ses rues et son marché aux poissons
Negombo : ses plages, ses rues et son marché aux poissons
Negombo : ses plages, ses rues et son marché aux poissons
Negombo : ses plages, ses rues et son marché aux poissons

Negombo : ses plages, ses rues et son marché aux poissons

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Carnets d'Asie par la Famille Duchaine
  • : Nous apprécions voyager en famille (et en Asie :-). Voir, sentir, goûter et partager tout cela avec nos enfants. Aujourd'hui, nous le partageons aussi un peu avec ceux qui le souhaitent. Bienvenue dans notre aventure...
  • Contact

Recherche D'articles

Archives